La famille et les dépravations juvéniles de la société

09/11/2017 22:18

PREMIERE EGLISE REFORMEE DES CAYES

Conférence sur la famille

Sous l’obédience de l’Ecole dominicale

Mercredi 1er novembre 2017

6h pm

 

Sujet : Que dit la famille face aux dépravations juvéniles de la société ?

 

Introduction. Les jeunes ont été des enfants. Un enfant est une pâte. Et le premier moule destiné à façonner l’enfant, c’est la famille. Il est normal que la famille soit interpellée quand on constate comment les jeunes sont dépravés. On se demande : « Que dit la famille face aux dépravations juvéniles de la société ? »

 

I.                   Constat

Les jeunes sont dépravés.

1.      Voyez comment les garçons traitent leurs cheveux. On pourrait croire que ce n’est pas un problème, qu’ils sont seulement en train d’imiter les stars du football international. Mais ils font partie de certains groupes, de certaines « bases » qui partagent telle façon de vivre. Il est honteux de dire tout haut ce qu’ils font en secret (Eph. 5. 12).

2.      Voyez le tatouage des jeunes d’aujourd’hui. Tant les garçons que les filles (Lé. 19. 28 ; De. 14. 1).

3.      Ils se passent des vidéos pornographiques et cela en pleine salle de classe. Et les filles sont encore plus actives dans ces genres de choses.

4.      Voyez leur façon de danser. La musique même est faite pour une génération dépravée. Les paroles des chansons. Les jeunes filles cherchent des hommes âgés. Car elles veulent mener la grande vie.

5.      Députés et sénateurs dépravent les jeunes filles.

6.      Les jeunes n’ont plus de respect pour les aînés, les vieillards.

7.      Ils vous disent qu’ils sont majeurs, que c’est à eux de déterminer leur vie, qu’il n’est plus, le temps où les parents choisissaient pour leurs enfants, que c’est aujourd’hui le respect des droits de l’homme.

8.      Les jeunes filles tombent enceintes trop tôt, sans mari, et mendient pour prendre soin de leurs enfants.

9.      Les publicités à la radio, à la télévision, disent aux jeunes qu’il suffit d’utiliser les préservatifs. C’est la liberté sexuelle.

 

II.                Interpellation

Que dit la famille ?

1.      La famille doit se sentir responsable. Ce sont les aînés qui pourrissent les jeunes. Les jeunes ont besoin de modèles. Et les aînés aujourd’hui sont de mauvais modèles.

2.      La famille a démissionné. Les parents laissent les enfants faire ce qu’ils veulent, il ne faut pas restreindre leur liberté.

3.      Mais que dit la Bible : « Instruis l’enfant selon la voie qu’il doit suivre ; et quand il sera grand vieux, il ne s’en détournera pas »,  Pr. 22. 6.            .

4.      Les jeunes d’aujourd’hui ont été des enfants hier. Et comment faut-il traiter les enfants ? Avec amour et fermeté (Pr. 13. 24 ; Pr. 22. 15 ; Pr. 29. 15).

5.      Certains parents poussent eux-mêmes leurs filles dans les bras d’hommes âgés fortunés, pour devenir leurs maîtresses.

6.      La famille doit être bien consciente de sa responsabilité d’élever les jeunes dans la crainte de Dieu, dans l’intégrité en leur donnant de bons exemples de fidélité, de franchise, de bienveillance, de vrai amour. En leur apprenant à donner à l’argent sa vraie valeur, pas plus : un bon serviteur mais un mauvais maître.

7.      Quand on voit comment de  petites filles portent des jupes trop courtes, des corsages sans manche pour même à l’église, on se demande qui les a ainsi habillées, et que vont devenir ces enfants dès qu’elles seront en âge d’être courtisées.

 

Conclusion. Que dit la famille face aux dépravations juvéniles de la société? La famille doit dire non au laxisme, à la lâcheté. A la tolérance coupable. Car elle est souvent responsable de la dépravation juvénile. Se vre : Nou fè timoun nan, nou pa fè santiman l. Mais Dieu confie à la famille une grande tâche, celle d’élever les enfants, de les mouler, de leur donner des plis indélébiles. Prenons notre travail à cœur. Il ne suffit pas de donner à manger, de loger, de vêtir, de placer les enfants  à l’école ; il faut aussi veiller sur leur fréquentation. Il faut leur parler, leur apprendre à vivre en société. Les jeunes sont trop souvent livrés à eux-mêmes, conseillés par de mauvais camarades parce que leurs parents ne parlent pas de certains sujets considérés comme tabous. Famille chrétienne, sois comme la sentinelle vigilante !